L’ambassadeur américain se rend en Afrique dans le cadre de la grande poussée de Biden


NATIONS UNIES (AP) – L’ambassadrice des États-Unis aux Nations Unies, Linda Thomas-Greenfield, est le deuxième membre du Cabinet à se rendre en Afrique dans le cadre de la grande poussée du président Joe Biden pour s’engager avec le deuxième plus grand continent du monde.

La mission américaine auprès de l’ONU a déclaré dimanche qu’elle se rendrait au Ghana, au Mozambique et au Kenya à partir du 25 janvier « pour affirmer et renforcer nos partenariats avec les principaux membres actuels et anciens du Conseil de sécurité de l’ONU ».

La visite de Thomas-Greenfield fait suite au début, la semaine dernière, d’une visite de 10 jours en Afrique de la secrétaire au Trésor Janet Yellen. Elle est arrivée mercredi soir à Dakar, au Sénégal, et se rendra également en Zambie et en Afrique du Sud.

Biden a annoncé à la fin d’un sommet des dirigeants États-Unis-Afrique en décembre qu’il se rendrait en Afrique subsaharienne en 2023, le premier voyage dans la région d’un dirigeant américain en une décennie.

Le sommet et le voyage visent à renforcer les relations des États-Unis avec l’Afrique, où la Chine a dépassé les États-Unis dans le commerce et vise à accroître sa présence militaire, et la Russie entretient des liens militaires avec les autorités du Mali et de la République centrafricaine.

Biden a souligné lors du sommet qu’il était sérieux quant à l’augmentation de l’attention des États-Unis sur le continent et a déclaré aux 49 dirigeants africains participant à la réunion à Washington que « l’Afrique appartient à la table » dans chaque conversation sur les conséquences mondiales.

La première étape de Thomas-Greenfield, ancien secrétaire d’État adjoint américain pour l’Afrique, est le Ghana, qui en est à la deuxième année d’un mandat de deux ans en tant que membre élu du Conseil de sécurité. Le 25 janvier, elle rencontrera des femmes leaders et des représentants de la société civile, a indiqué la mission américaine.

Thomas-Greenfield se rend ensuite au Mozambique, qui vient de commencer son tout premier mandat de deux ans au conseil.

Au cours de sa visite les 26 et 27 janvier, la mission américaine a déclaré qu’elle rencontrerait des responsables de l’ONU, des entrepreneurs, des anciens des programmes d’échange américains, des étudiants en relations internationales et des membres de la société civile engagés dans des travaux d’adaptation au changement climatique, a indiqué la mission.

La dernière étape de l’ambassadeur les 28 et 29 janvier est le Kenya, dont le mandat de deux ans au conseil s’est terminé le 31 décembre.

La mission américaine a qualifié le Kenya de « partenaire clé » et a déclaré que la visite de Thomas-Greenfield se concentrera sur les programmes humanitaires, y compris la réponse régionale à la sécheresse et l’assistance aux réfugiés, et sur « l’impact que la guerre de la Russie contre l’Ukraine continue d’avoir sur la sécurité alimentaire mondiale, qui a exacerbé la crise humanitaire dans la région.

L’ambassadeur rencontrera également des réfugiés en attente de réinstallation aux États-Unis et des entrepreneurs basés au Kenya « à la pointe de la transition du pays vers une économie verte », a indiqué la mission.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire