Florence + les jours de la machine ne sont pas finis



Suivre un groupe tout au long de la croissance et des étapes de sa carrière musicale est vraiment une chose rare et belle à voir. Dirigée par la puissante chanteuse née et élevée à Londres, Florence Welch, la série de quinze ans de Florence + the Machine compte cinq albums à leur nom funky et un suivi toujours persistant et dévoué de fans depuis le plus tôt des jours de canicule jusqu’à la sortie la plus récente de La fièvre de la danse (2022).

Découvrant le lyrisme angoissé et plein d’esprit de Welch lors d’un lieu de rencontre d’enfance dans lequel mon meilleur ami d’alors jouait « Kiss With A Fist » en boucle à travers les haut-parleurs désuets d’un iPod Touch, j’ai suivi la puissance derrière la voix de Welch et les rythmes du groupe en haut l’école avec la sortie de Comme c’est grand, comme c’est bleu, comme c’est beau. Je dois admettre que cet album est resté sans loyer sur la console de ma Volkswagen Beetle bleu bébé depuis le jour où je l’ai acheté chez Target en 2015, à une époque où j’obtenais mon diplôme et devenais un nouveau venu à l’université – naviguant dans des eaux dangereuses. et avoir tant à dire mais saisir les manières de parler.

Trois ans plus tard, Haut comme l’espoir est venu comme un baume pour une Isa douloureuse, au cœur brisé et fantôme alors qu’elle était à mi-chemin de l’université et que la conscience de qui elle était censée être culminait. Alors qu’elle montait dans un avion pour Paris pour étudier à l’étranger pendant un mois, l’album a servi de rappel curatif d’honnêteté et de vérité avec soi-même. Comme musique de fond pour l’été transformateur de 2018, je m’envolerais plus tard à l’automne pour Washington, DC, pour voir FATM en direct à l’hymne avec deux amis proches du programme d’études à l’étranger, faisant la queue dès midi avec Les tournesols de Trader Joe à la main – prêts à se balancer et à offrir mon âme à l’énergie de la nuit. Au premier rang et pleine d’amour fougueux pour ces musiciens, Welch a attrapé les tournesols alors qu’elle nageait dans la mer de fans adorateurs, nous accordant sa voix apaisante et sa rage exubérante simultanée.

Qu’y a-t-il à propos de Florence + the Machine qui reste magnétique lorsqu’il s’agit d’un public dévoué de fans au fil des ans ? Avec la sortie printanière de cette année M. Morale et les grands pasdes échantillons de Kendrick Lamar Haut comme l’espoir morceau « June » dans l’intro du combat brutal entre deux amants dans « We Cry Together » – crescendo une admiration pour la permanence de l’acte musical dans un paysage contemporain en constante évolution de succès uniques et de bobines de médias sociaux. Les palmarès témoignent d’un pic de renommée internationale pour le groupe au début des années 2010, mais sa base de fans reste toujours solide avec des spectacles qui vendent des salles et des arènes à travers le monde.

Sorti la veille effrayante du vendredi 13, le dernier album de FATM intitulé La fièvre de la danse met en bouteille des niveaux égaux de sorcellerie comme les versions précédentes tout en se concentrant sur l’intimité de la psyché d’un interprète alors qu’il passe par les mouvements d’isolement forcé. De plus en plus, on a l’impression que la croissance de Florence Welch au fil des ans s’accompagne de plus de perspicacité et de brutalité sans vergogne que dans les albums et les chansons précédents – La fièvre de la danse est Florence la plus sage et la plus frénétique au sens physique alors qu’elle se tourne vers la performance de la danse comme un trope central et un point crucial sur lequel pivoter lyriquement tout au long de la choréomanie du récit.

Il n’y a pas de chœur d’église ou d’accompagnement d’opéra lourd de sons dans La fièvre de la danse. C’est en soi le cœur de la sainte transcendance que je peux attribuer à l’attraction inexplicable des fans envers FATM et Welch après une décennie d’existence. On a l’impression d’écouter un évangile ou un sermon qui vous touche le cœur, mais plutôt que d’être la vérité d’une puissance supérieure, c’est un chanteur mortel aux pieds nus qui rend divines les situations les plus banales. Qui d’autre peut rendre paradisiaque la réalité de pleurer dans vos céréales à minuit ?

Limité par la solitude du spectacle en l’absence de concerts et de festivals, La fièvre de la danse célèbre le cirage et le déclin d’une époque – moderne et archaïque – à travers des allusions à l’époque médiévale et de la Renaissance dans des fils thématiques et un uniforme esthétique, et en dévoilant ce qu’est un acte musical lorsque la foule est hors de vue immédiate. Pour Welch, vieillir progressivement sous les projecteurs et être laissée seule avec ses pensées au cours des deux dernières années suscite des questions personnelles sur la vie domestique et les attentes de devenir mère qu’elle explore dans des morceaux tels que « King » et « Dream Girl Evil ». Le mysticisme sorcier d’une créature ressemblant à Lilith est réveillé de plus en plus dans l’album à travers les échos rauques et les mélodies sombres. Pour les passionnés de FATM du sud de la Floride, le retour tant attendu du groupe à Miami depuis 2019 arrivera le samedi 24 septembre à la FTX Arena.

Il n’y a pas de fioritures sur scène lorsque Florence and the Machine se produit, à part les superbes robes de prêtresse de Welch qui flottent autour d’elle, et les fans dans la foule qui portent des costumes qui assimilent l’excellence dramatique du thème « Heavenly Bodies » du Met Gala 2018. de la mode comme méthode d’engagement dans les pratiques dévotionnelles. Des larmes de maquillage séchées et sanglantes, des corsets dorés et des tenues de nymphe gothique ne sont qu’un aperçu des tropes de l’âge sombre qui peuvent vous inspirer à vous habiller pour le prochain spectacle de FATM.

Au stade où je me tiens actuellement, vacillant à l’âge tendre de 25 ans, je suis de plus en plus affirmé par l’inconnu croissant de la vie. À l’aise ou pas avec ce malaise, une chose est sûre : je vais danser et essayer de gérer le moment présent par le physique. Un stan maniaque en quête de soulagement ou infecté par la fièvre de la danse, je suis prêt à être à nouveau exorcisé par le pouvoir prophétique et guérisseur de Florence + la Machine.

Florence + la machine. Avec le roi princesse. 20 h samedi 24 septembre, à la FTX Arena, 601 Biscayne Blvd., Miami ; 786-777-1000 ; ftxarena.com. Les billets coûtent entre 36,50 $ et 95,75 $ via ticketmaster.com.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire