Filmfare recommande: les réseaux sociaux musulmans de la nouvelle vague que vous devez regarder

Please log in or register to like posts.
News


Le social musulman est un genre cinématographique centré sur la société musulmane. Les films racontent une histoire dans une perspective musulmane et s’attardent sur la culture du vieux monde ainsi que sur les changements sociaux et politiques qui influencent la société musulmane et provoquent un changement en son sein. La nouvelle vague de réseaux sociaux musulmans dépeint les luttes des musulmans de la classe moyenne qui se retrouvent à lutter contre le ralentissement économique, le communalisme et la discrimination dans une Inde en mutation. Nous devons regarder de tels films afin de comprendre un point de vue différent. Et de nous assimiler à une expérience différente de celle vécue par la majorité. Sur cet Aïd, nous apportons une liste de réseaux sociaux musulmans de nouvelle vague pour élargir votre expérience de visionnage de films.

Dastak (1970)

Nouvelle vague, social musulman

Réalisateur: Rajinder Singh Bedi
Interprètes: Sanjeev Kumar, Rehana Sultan, Anju Mahendru

Un couple de jeunes mariés, Hamid (Sanjeev Kumar) et Salma (Rehana Sultan), ont involontairement loué un appartement qui avait appartenu à un tawaif auparavant. Ils sont soumis à toutes sortes de ragots malveillants à cause de cela. En plus de cela, les gens pensent que Salma est elle-même une tawaif et les clients réguliers du locataire précédent viennent frapper à toutes les heures impaires du jour et de la nuit. L’ironie est que Salma est une chanteuse classique formée elle-même et ne voudrait rien d’autre pour pratiquer la musique lorsque son mari est absent dans son bureau. Mais à cause de la notoriété de la maison dans laquelle ils restent, son mari lui interdit de chanter. Elle est en fait une prisonnière dans sa propre maison et l’assaut émotionnel de la situation commence à lui arriver et son mariage en souffre. Ce ne sont pas les couples musulmans à l’ancienne que nous avions l’habitude de voir dans notre film. Il y avait entre eux une camaraderie, une sorte d’amitié qui commence à se dégrader à cause des circonstances. Dastak était connu pour sa grande musique par Madan Mohan, et avait des joyaux comme Baiyan na dharo, Hum hain mata e koocha bazar ki tarah et Mai ri main ka se kahoon peer apne jiya ki, écrit par Majrooh Sultanpuri et chanté par Lata Mangeshkar.

Garm Hava (1974)

Nouvelle vague, social musulman

Réalisateur: MS Sathyu
Interprètes: Balraj Sahni, Farooq Shaikh, Dinanath Zutshi, Badar Begum, Geeta Siddharth, Shaukat Kaifi, A. K. Hangal

La plupart des films ont essayé de présenter les affres de la partition d’un point de vue hindou, mais ce film, basé sur une histoire d’Ismat Chughtai, a déclaré avec audace le sort des musulmans après la partition. Ceux qui ont migré ont été appelés bon débarras et ceux qui sont restés sont considérés comme des traîtres du jour au lendemain. La société les a évités en général et personne n’a compris qu’ils voulaient rester en arrière parce qu’ils considèrent l’Inde comme leur maison et ne veulent pas laisser leurs terres ancestrales derrière. Le protagoniste du film, Salim Mirza, se voit refuser un prêt par les banques car elles pensent qu’il migrerait au Pakistan sans rembourser le prêt. Son entreprise souffre et d’un fabricant de chaussures respecté, il devient un humble cordonnier pour se débrouiller seul. Il reste stoïque tout au long et même après beaucoup de souffrance, il décide de rester en arrière et de se battre pour un avenir meilleur, une meilleure Inde. Balraj Sahni, l’un de nos meilleurs acteurs, a donné sa meilleure performance en tant que Salim Mirza. Sahni avait subi les cicatrices de Partition de première main et avait fait ressortir ses démons cachés pour donner de l’authenticité à son portrait. Ses expressions réagissent à chaque calamité rencontrée par le personnage de Salim dans les moindres détails. Il transmet plus avec ses yeux en une seconde que les autres dans des monologues de 10 minutes. Le film a marqué les débuts de Farooque Sheikh, qui jouait le fils cadet de Mirza, Sikander. Ce film sensible devrait être rendu obligatoire dans toutes les écoles et tous les collèges, surtout en ces temps incertains.

Bazar (1982)

Nouvelle vague, social musulman

Réalisateur: Sagar Sarhadi
Interprètes: Farooq Shaikh, Smita Patil, Naseeruddin Shah

Bazaar commente la pratique effroyable de jeunes filles mariées à des hommes riches et âgés en échange d’argent. Najma (Smita Patil) vit à Mumbai et a des relations avec Akhtar (Bharat Kapoor), qui promet toujours de l’épouser. Elle est amie avec un poète Salim (Naseeruddin Shah), qui a souhaité l’épouser il y a six ans et n’a toujours pas renoncé à cet espoir. Farooq Sheikh (Sarju) qui vit à Hyderabad est amoureux de Supriya Pathak (Shabnam). Bien qu’il soit appauvri et donc n’est pas considéré comme une perspective par sa famille. Najma le connaît et lorsqu’elle rend visite à sa famille à Hyderabad, elle promet de l’aider à se marier. Mais elle est impliquée par inadvertance dans le mariage de Shabnam qui est fixé à un homme beaucoup plus âgé de sa connaissance, car il est prêt à payer une grande dot à la famille de la jeune fille. C’est en fait une transaction commerciale où l’homme riche achète une jeune fille. Salim n’est pas en mesure de faire quoi que ce soit pour y mettre un terme et Salma prend une mesure drastique pour mettre fin à sa vie le soir de son mariage. Une Najma désemparée revient à Mumbai en train, où elle rencontre Salim. Vaincue par la culpabilité, elle raconte comment elle a fait partie du crime. Khayyam a donné la musique du film. On se souvient encore aujourd’hui de chansons comme Dekh lo aaj humko jee bharke, Dikhayee diye yun et Phir chidee raat.

Nikaah (1982)

Nouvelle vague, social musulman

Réalisateur: B. R. Chopra
Interprètes: Raj Babbar, Deepak Parashar et Salma Agha

Ce film progressiste remet en question la pratique du triple talaq. Haider (Raj Babbar) et Nilofar (Salma Agha) s’aiment mais Nilofar est fiancé à Wasim (Deepak Parashar), qui est un homme d’affaires et un Nawab. C’est un bourreau de travail qui n’a pas de temps pour sa femme après le mariage. Un Nilofar nouvellement marié est blessé par cette tournure des événements. Quand il ne se présente pas pour leur fête du premier anniversaire, ils ont un énorme argument et dans un accès de colère, Wasim finit par lui donner un triple talaq. Elle quitte sa maison et commence à travailler pour Haider, qui est maintenant un poète à succès et le rédacteur en chef d’un magazine. Haider l’aime toujours et lui propose de se marier, ce qu’elle accepte. Pendant ce temps, un Wasim repentant demande aux clercs une issue. On lui a dit que pour récupérer sa femme, elle devait épouser quelqu’un d’autre, consommer le mariage et ensuite divorcer de l’homme. Wasim lui écrit à ce sujet et Hyder, qui lit la lettre, pense que Nilofer est toujours amoureux de Wasim. Il veut sacrifier son amour pour elle pour l’unir à Wasim. Lorsque Nilofer apprend cela, elle donne aux deux hommes un morceau de son esprit et les accuse de la traiter comme une propriété. Elle dit que personne ne lui a demandé son choix et précise qu’elle veut rester avec Hyder. En entendant cela, un Wasim châtié offre ses bénédictions et part. Le film a marqué les débuts à Bollywood de l’héroïne pakistanaise Salma Agha. Ravi a composé la musique. Ce sont des chansons comme Beete hue lamho ki kasak saath to hogi, Dil ke armaan ansuon me beh gaye et Chupke chupke raat din est devenu célèbre.

Anjuman (1986)

Nouvelle vague, social musulman

Réalisateur: Muzaffar Ali
Interprètes: Shabana Azmi, Farooque Shaikh, Rohini Hattangadi

Shabana joue Anjuman, la jeune femme qui défend les droits des ouvriers de la broderie chikan à Lucknow. Le film a apparemment été inspiré par une histoire vraie et a mis en lumière la lutte derrière la formation de la coopérative SEWA à Lucknow. Anjuman (Shabana Azmi) est une travailleuse chikankari qualifiée qui fait du travail de chikan pour augmenter les revenus de sa famille élargie. Elle est courtisée par un Banke Nawab (Mushtaq Khan), qui contrôle les travailleurs du chikan. Son riche voisin Sajjid (Farooque Shaikh) la courtise également. Encouragée par son amie médecin Suchitra Sharma (Hattangadi), Anjuman exige un traitement équitable pour les travailleurs du chikan. Elle est contrainte par sa famille d’épouser Banke et elle a finalement dit non lors de la cérémonie de mariage. Un Banke en colère provoque une émeute. Déterminé à lui faire face, Anjuman devient un militant syndical et entreprend de s’unir et de créer une coopérative de travailleurs chikans. Elle obtient le soutien de Sajjid pour l’entreprise. Shabana Azmi a également exercé ses cordes vocales pour le film dans des chansons comme Tujhse hoti bhi to kya, Aise nahi ke isko et Gulab jism ka, qui ont été composées par Khayyam.

Salim Langde Pe Mat Ro (1989)

Nouvelle vague, social musulman

Réalisateur: Saeed Akhtar Mirza
Interprètes: Pavan Malhotra, Makrand Deshpande, Ashutosh Gowariker

Il s’agit d’un film sur la façon dont les musulmans économiquement défavorisés se retrouvent constamment aliénés dans une atmosphère changeante. Cette aliénation et cette ghettoïsation les conduisent vers la violence, avec des conséquences tragiques pour tous. Salim (Pavan Malhotra), dont le père est ouvrier à la retraite, dont la mère coud des vêtements à la maison pour joindre les deux bouts et qui a une sœur célibataire à la maison aimerait voir sa famille heureuse. Il n’est pas assez instruit pour obtenir un bon emploi et gagne sa vie en travaillant à temps partiel pour les dons locaux. Il est aidé par ses amis, Peera (Makarand Deshpande) et Abdul (Ashutosh Gowarikar) dans ses projets. Un jour, il aimerait aussi devenir un gangster de grande envergure. Salim se débat avec qui il est – le monde du crime est-il la seule solution pour les jeunes musulmans défavorisés et sans instruction? La violence est-elle le seul moyen d’exprimer leur angoisse, dans un monde qui devient rapidement communautaire? Le film pose ces questions pertinentes qui sont toujours d’actualité.



Reactions

0
0
0
0
0
0
Already reacted for this post.

Reactions