Des troubles violents contre le gouvernement ont lieu malgré l'inversion de la hausse des tarifs dans le métro

Please log in or register to like posts.
News


Un état d'urgence au Chili en réponse aux énormes manifestations anti-gouvernementales qui ont éclaté contre le métro.

La gouverneure de Santiago, Karla Rubilar, a déclaré lundi que 11 personnes étaient mortes des suites de violences liées aux manifestations au cours du week-end.

Les manifestations dirigées par des étudiants ont commencé au début de la semaine dernière lorsque les gens ont fait un bond dans la direction opposée. Mais vendredi, les troubles ont suscité un mouvement de protestation plus important contre les inégalités et la hausse du coût de la vie au Chili. "Il ne s'agit pas d'environ 30 pesos, mais d'environ 30 ans", était une chanson commune des manifestants, faisant référence à la croissance croissante et à l'inégalité au cours des trois dernières décennies.

Trois jours de violentes manifestations suivies par d'autres stations de métro, des banques, des supermarchés et d'autres bâtiments se sont abattus. La plupart des décès sont dus à des incendies provoqués par des émeutiers.

Plus de 10 000 soldats se sont joints à la police à Santiago ce week-end. C'est la première fois que des troupes sont déployées dans la capitale depuis le 14 août 2012: la police a ordonné l'arrestation de plus de 1 400 personnes.

Le milliardaire conservateur Sebastian Piñera, le président chilien, a annulé le billet samedi, affirmant qu'il avait "entendu avec humilité la voix de mes compatriotes". Mais dimanche, il a prononcé une adresse télévisée du quartier général militaire du pays, Santiago, dans lequel il déclarait: "Nous sommes en guerre contre un puissant ennemi, disposé à utiliser la violence sans limite."



Source link

Reactions

0
0
0
0
0
0
Already reacted for this post.

Reactions