Buvez Champs Podcast avec N.O.R.E. et DJ EFN en tête des charts


Cliquez pour agrandir Drink Champs accueille DJ EFN (à gauche) et N.O.R.E. - PHOTO PAR DRAINFLIX

Boire des champions les hôtes DJ EFN (à gauche) et N.O.R.E.

Photo de Drainflix

N.O.R.E. et DJ EFN’s Boire des champions podcast est devenu une plaque tournante pour les légendes du hip-hop. Des rappeurs vénérés comme Trick Daddy de Miami, Trina et d’autres se sont approchés de la table, ont raconté des histoires rares sur leur carrière et ont fait du bruit avec un shot ou un autre verre à la main. La troisième apparition de Trick dans l’émission, diffusée le mois dernier, devait devenir virale comme la plupart de ses épisodes.

Cependant, Internet n’était pas concentré sur ses réflexions sur Verzuz ou la débâcle de DaBaby. Les trolls étaient plus concentrés sur un autre sujet : la philosophie « Eat a Booty Gang » de Trick.

« A Miami, Trick Daddy est vénéré comme mon pote et le roi pour moi », N.O.R.E. raconte Temps nouveaux. « Il vient dans la série et pour lui être Trick Daddy et pour moi de remarquer que nous avons dit exactement la même chose la première fois que nous l’avons eu dans un épisode sur Eat a Booty Gang. C’est l’un des moments. C’est mon moment préféré récemment. Ensuite, juste après avoir eu Grandmaster Caz dans la série, il ne fait que montrer aux gens.  »

Grandmaster Caz des Cold Crush Brothers est un pionnier du jeu dans tous les sens du rôle. Le sien épisode de trois heures met en lumière les distinctions de sa carrière, comme son apparition dans le premier long métrage de hip-hop, Style sauvage, et ses réflexions sur la référence de Jay-Z à Cold Crush dans sa chanson de 2001 « Izzo (H.O.V.A.) »

Trick et Grandmaster Caz ne sont pas les seules légendes présentées dans la série. Pharrell, Cam’ron, Nas et d’autres se sont arrêtés pour parler des moments forts de leur carrière. Ce sont le genre de moments rares pour lesquels le spectacle est devenu connu.

« Pour moi, il est important que nous amenions certains de ces pionniers et architectes de la culture parce que l’histoire de la culture est en quelque sorte perdue pour les jeunes », a déclaré DJ EFN. « Ils adorent ce truc qu’on appelle le hip-hop, mais ils ne savent même pas ce que c’est ni d’où ça vient. Que ces gens nous apprennent même les origines et les débuts du hip-hop, c’est tellement instructif, et nous inspire à nouveau. »

N.O.R.E. (AKA Victor Santiago) et DJ EFN (AKA Eric F. Narciandi) sont devenus des pourvoyeurs qualifiés des moments les plus inoubliables non seulement dans le hip-hop mais aussi dans l’industrie du podcast elle-même. Après avoir célébré sa cinquième année en mars,
Boire des champions s’est hissée au sommet de la programmation urbaine. Depuis cet été, le salon basé à Miami est le podcast musical numéro un, avec plus de 350 479 auditeurs mensuels uniques, selon PodTrac. Hébergé sur le réseau Black Effect iHeartMedia, Boire des champions a également une portée numérique atteignant des millions de personnes sur YouTube, Revolt TV et les services de streaming de podcasts.

La nouvelle réalisation du podcast est un sommet en carrière pour EFN et N.O.R.E., qui s’est concentré sur le rap et ses sept autres emplois. Pour la plupart, le rimeur Capone-N-Noreaga a esquivé le micro ces derniers temps. Il a récemment fait quelques exceptions pour sa famille et pour un public chanceux dans le Connecticut le mois dernier. Cependant, lors de l’anniversaire de Fat Joe à New York en août, le rappeur devenu Podfather a hésité à se produire.

« Je ne voulais pas du tout faire ça », N.O.R.E. rappelle. « Fat Joe m’a forcé. Tout d’abord, je n’aime pas les caméras. C’est pourquoi lors de mon anniversaire, j’ai vraiment demandé aux gens d’aller léger avec les caméras. Et je ne veux pas jouer maintenant. »

Comme il ne joue pas, N.O.R.E. n’est pas non plus concentré à 100 % sur la musique pour le moment.

« Je ne manquerais pas de respect à mon héritage, et je ne manquerais pas de respect au hip-hop en sachant que je m’amuse beaucoup plus en tant que pigiste », explique-t-il. « En fait, j’apprécie ça. C’est un peu plus facile pour moi de parler que de m’asseoir et d’écrire des rimes et de choisir des rythmes toute la journée. Quand je serai libre et que je le voudrai, je le ferai parce que maintenant je ne Je ne veux pas à 100 % le faire. »

Noreaga peut se permettre de mettre sa longue carrière musicale sur la banquette arrière pendant qu’il travaille à pousser Boire des champions avancer et assumer Amour et hip-hop : Miami. Le natif du Queens, qui vit dans le 305 depuis 17 ans, a récemment fait ses débuts dans la nouvelle saison de la série télé-réalité de VH1 avec sa femme, Neri.

« Donc, faute de meilleur terme, je suis un nouveau venu », N.O.R.E. dit. « Ray J et Trick Daddy m’ont en fait éduqué. Ils m’ont appris comment faire la scène et » dépêche-toi « . Ils m’ont certainement aidé avec ça. »

Alors que la carrière de télé-réalité de N.O.R.E. reprend, les entreprises cinématographiques de DJ EFN atteignent également de nouveaux sommets. Après avoir aidé à générer une multitude d’autres podcasts sous le Boire des champions parapluie, le podcasteur cubano-américain a trouvé un nouveau foyer pour sa série documentaire inspirée du rap Rentrer à la maison. Depuis la création de l’épisode inaugural, Rentrer à la maison : Cuba, en 2013 sur Revolt TV, EFN et son équipe de Crazy Hood ont parcouru le monde pour découvrir le hip-hop dans des pays étrangers comme le Vietnam, Haïti et le Pérou. Maintenant, les prochains versements, Rentrer à la maison : Colombie et Rentrer à la maison : Afrique du Sud, sont sur le point de faire leurs débuts sur LL Cool J’s Réseau Rock the Bells.

« C’est surréaliste », dit l’EFN. « Chien, réfléchis-y : je suis un gamin de Kendall, Miami, Floride, qui adore le hip-hop et qui m’a dit ‘Putain. Je vais essayer de faire du hip-hop avec mes potes de l’école .’ Et avancez rapidement, et je fais des réunions Zoom avec LL, et il dit qu’il aime ce que je fais. Allons rock’n’roll. Ça ne va pas mieux que ça.  »

Les entreprises de l’EFN dans le cinéma et l’industrie de la marijuana, grâce à son nouvel accord avec TransCanna, combinées au changement de marque de Noreaga en une personnalité médiatique et une star de la télévision célèbres ne font qu’aider à renforcer le Boire des champions marque. Comme si cela ne suffisait pas, les deux animateurs ont également quelques idées pour avoir un impact plus important sur le hip-hop à travers le monde.

« Je pense que ce serait idiot si nous pouvions apporter ce que nous faisons comme une franchise à ces différents pays afin qu’ils puissent le faire eux-mêmes », a déclaré l’EFN. « L’autre idée est une Boire des champions documentaire et en plus, un film scénarisé, comme une comédie qu’on veut faire à partir de Boire des champions. »

N.O.R.E. et l’objectif de DJ EFN de documenter le hip-hop avec un épisode induit par l’alcool témoigne de leur dévouement au jeu. Avec le prix qui augmente naturellement pour le Boire des champions équipage, il y a une chose qui ne changera jamais tant qu’ils sont au sommet : leur loyauté envers le comté de Miami-Dade.

« Miami a été si gentille avec moi et m’a retenu », N.O.R.E. dit. « Je suis né et j’ai grandi à New York, je ne me débarrasserai jamais de mon accent et je n’arrêterai jamais de représenter New York, mais j’ai officiellement adopté une deuxième ville et ils m’ont adopté surtout quand tu as eu Trick Daddy dire que je suis même un gars de Miami à ce stade. Alors je me suis senti honoré comme si j’étais un membre honoraire de Miami et ça fait du bien.  »



Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire